Changez votre image de couverture
Téléverser
Changez votre image de couverture
Dans la cadence de la musique est caché un secret. Si je le révélais, il bouleverserait le monde...Rûmî
Le statut de ce compte utilisateur est Approuvé·e

Cet utilisateur n'a encore ajouté aucune information à son profil.

Violoncelle
57 ans
43 ans

Né en banlieue parisienne en 1961, Philippe Henry rencontre le violoncelle à l’âge de quatorze ans, dans un contexte rendu particulièrement favorable grâce au développement de l’enseignement musical et à la présence de professeurs de haut niveau issus pour la plupart des grands orchestres et du conservatoire de Paris.
Élève du lycée du Raincy, il obtient et 1978 le 2e prix du Concours Général de Musique, puis en 1979 le baccalauréat littéraire et musical. Il poursuit ses études musicales au conservatoire national de Bobigny dans la classe de Claude Burgos, obtenant de 1983 à 1985 trois premiers prix de violoncelle et de musique de chambre.

Spécialiste de la musique de chambre, Philippe Henry s’est produit dans diverses formations : sonates avec piano, duo avec guitare, duo avec accordéon, trio classique, trio et quatuor à cordes, orchestre de chambre et symphonique. Il interprète en soliste des concertos de Haydn et Vivaldi.

Installé à Montpellier depuis 1990, il y rencontre le spectacle vivant et participe à de nombreuses créations pour la danse contemporaine (compagnies Yann Lheureux, O Bal, Florence Saul), le cinéma muet (Roberto Tricarri, Bernard Ariu), la chanson française (boris et les quincaillers, révélation Télérama 2003).

Il crée en 2005 la « compagnie Philippe Henry » qui produit des spectacles associant la musique de chambre, la poésie, le conte, l’improvisation et la mise en scène :
. « les voies de l’Amour », poèmes de Rûmi et Kabir, mise en scène : Lise Tur, création musicale : Philippe Henry, textes dits et chantés par Corinne Paule
. « duo Mosaïques », création world music et concerts d’improvisations, accordéon : Bernard Ariu, violoncelle : Philippe Henry
. « Les sonneurs d’histoires », contes celtes, roumains, chinois, dits par Yves Martin, accompagné au violoncelle
. « Ya Djamil », concert pour la paix, avec Catherine Darbord (chant harmonique, bols, sandawa, didgeridoo, guimbarde), Morgane Tréheux (chant, harmonium), Alain Désir (guitare, percussions, chant), Philippe Henry (violoncelle, percussions, chant)
. « Elegia eterna », mélodies espagnoles et brésiliennes, avec Corinne Paule, soprano, Catherine Garonne, piano, et Philippe Henry, violoncelle.
. « Bach et ses précurseurs », récital pour violoncelle, avec un contrepoint de peinture réalisé en direct par Sylvaine Jenny.
. « Méditango », musique espagnole (Granados, De Falla), tango argentin (Piazzolla) et thèmes populaires latinos, avec Thierry Roucoule, flûte, Philippe Henry, violoncelle, Catherine Garonne, piano, et Max Zecchin, percussions.
. « trio Haydn », formé autour du délicieux répertoire de musique de chambre signé Haydn, Mozart, C.P.E. Bach, avec Céline Dulac, traverso, Sharman Plesner, violon, et Philippe Henry, violoncelle.
. « Méditations pour violoncelle et piano », courtes pièces romantiques dans l’esprit des nocturnes de Chopin, avec Philippe Henry, violoncelle, et Jérôme Médeville, piano.
. « Bach l’oriental », la rencontre de deux univers : les suites de Bach et l’improvisation orientale, avec Philippe Henry, violoncelle, et Vincent Crépin, tablas.
. « jazz classique », suite pour violoncelle et trio jazz de Claude Bolling, avec Philippe Henry, violoncelle, et Jeff Martin, piano.
. « Piazzolla, le souffle du tango », arrangements originaux pour sextet sur des extraits de « Maria de Buenos Aires »
. « Rivages », avec la conteuse Stéphanie Rondot.

Philippe Henry a participé aux albums : « aquarelles » (Stéphane Delicq, accordéon diatonique), « comète » (boris et les quincaillers, chanson française), « asymétries » (Thomas Gauthier, chanson française), « au coeur de ma vie » (Stéphane Lellouche, chanson française), « the lighthouse tree » (Delphine Capron).

Il produit en 2009 le disque « Bach, Degli Antonii, Gabrielli, pièces pour violoncelle seul » autour de son adaptation de la partita BWV 1013 de Bach, œuvre d’une étonnante intensité qui reçoit un accueil enthousiaste du public.

Méditation, Soins énergétiques, Développement personnel
patience, créativité, humour, curiosité